Les Tours de Merle

 

 

deux tours

 

son et lumière

 

photo ancienne

 

Les vestiges médiévaux des Tours de Merle du 12ème et 14ème siècle se dressent sur une presqu’île isolée par la rivière Maronne.

Sur ce surplomb de 200 m de long sur 40 m de large, se sont étagés les castra de plusieurs seigneurs (les Merle, Veyrac, Pesteils, Carbonnières).

Chaque union donne lieu à la construction d'une fortification. L'accès difficile aux Tours explique leur "bon état" de conservation.

Les Anglais présents depuis 1357 dans les bassins auvergnats et limousins de la  Dordogne, assiègent Merle et l'occupent en 1371.

La guerre de Cent Ans terminée, une ère de prospérité se profile et, la cité Ardente, alors en pleine expansion, se pare du nom de "Ville de Merle". Il faut attendre 1574 pour que les Huguenots s'en emparent.

Puis la châtellenie tombe dans l'oubli. Pourtant ses abords conservent une assez mauvaise réputation aux 18ème et 19ème siècle.

Lorsque les paysans de la Xaintrie noire revenaient des foires de Saint-Privat ou Pleaux, ils frissonnaient à l'approche de la forteresse où ils étaient à la merci de brigands.

Grâce à des travaux de restauration, un spectacle Son et Lumière et des animations médiévales avec tournois et pièces de théâtre, elle reprend vie.

Merle: nom d'homme ou d'oiseau?

Les deux, si l'on en reste à la légende stipulant que, Bertrand chef d'une féroce mesnie habitant ce repaire fut affublé de ce nom pour l'habitude qu'il avait prise de siffler comme l'oiseau quand il voulait rassembler ses chevaliers.

 

Merle