Le château de Sédières

 

 

entrée

 

échauguette

 

fenêtre

 

 Le château de Sédières est entouré d'un jardin à la Française, isolé dans un site inscrit en 1943 de prairies, de forêts et d'étangs.

Viollet-le-Duc  en parle dans le tome VI de son Dictionnaire raisonné de l'architecture française du 11e au 16ème siècle.

Son charme vient sans doute de l’équilibre entre ses origines médiévales et sa décoration Renaissance.

En 1540, Dominique de Sédières rebâtit l'ensemble dans le style Renaissance.

Au 17ème siècle le château entre dans la famille Lentilhac.

A la Révolution, il est abandonné et pillé, puis vers 1860 il est restauré

Il retombe de nouveau dans l'oubli, malgré son classement en 1958.

En 1965 il est racheté par le Conseil Général, pour la somme de 40 000F, conseil qui entreprend alors sa restauration.

Le château se compose d'un corps de logis principal à deux étages du 16ème siècle, dont la partie nord-ouest surélevée d'un étage forme une tour rectangulaire.

Au sud, le pont-levis est remplacé par un pont dormant, mais le châtelet d'entrée du 15ème siècle, flanqué de deux tourelles en échauguette et toitures en poivrière est conservé.

Les bâtiments, ornés de belles ouvertures restent dissymétriques comme au moyen âge, et les toitures pentues gardent des traces de mâchicoulis. La tourelle en échauguette de l'angle sud possède un décor renaissance.

Il est maintenant  un lieu de congrès, expositions d'artistes et festivals.

 

Sédières