Le décor architectural des fermes

 

Le décor de façade se caractérise par une grande sobriété.

Il se limite aux encadrements de baies et plus particulièrement aux linteaux des portes de logis.

Le granite se prête ici à une sculpture simple et répétitive, dans laquelle prédominent motifs floraux et motifs géométriques, écus, symboles chrétiens.

 

 

Il faut y ajouter la représentation gravée ou sculptée d'outils de maçons.

Ces motifs accompagnent souvent des millésimes inscrits sur les linteaux ou les traverses d'impostes, plus rarement des initiales ou des noms de propriétaires ou de maçons.

La modénature des ouvertures contribue aussi de façon modeste à l'agrément des façades.

Dans les constructions les plus anciennes, les chambranles des baies sont chanfreinés ou moulurés quelques linteaux sont sculptés d'accolades, les appuis de fenêtre, parfois saillants.

Portent un décor de cordelettes ou de denticules.

Au XIX e siècle, sur les façades bien ordonnancées des maisons rurales de maîtres ou de notables, apparaît parfois un décor architectural plus développé: Consoles et entablements soulignant les baies, corniches et bandeaux rythmant l'élévation.

Les décors de menuiserie et de ferronnerie sont peu nombreux, quelques portes de logis ont un décor d'accolades, de cannelures, de cœurs ou de motifs végétaux que l'on retrouve dans le mobilier régional.

La décoration intérieure est également très limitée.

Si l'on en croit les exemples anglais de Cruck construction, et les rapports de fouilles effectués en Limousin, l'armature des charpentes « à courbes » devait; être d'un usage courant en ces lieux, dès le Moyen Age.

 

accueil la Corrèze   -  la Corrèze d'antan