Philippe IV le Bel avait reconquis le Limousin et affermi son autorité par des accords avec l'évêque de Limoges et les villes de la province.

Une nouvelle rupture se produisit avec le début de la guerre de Cent Ans (1337) qui fit à nouveau du Limousin un enjeu entre la France et l'Angleterre.

Au cours des vingt premières années, la province fut à l'écart des grandes opérations. Cependant, certains indices annonçaient l'état de guerre: en 1335, lorsque le roi Philippe VI , allant en Languedoc, s'arrête à Brive, il ordonne de réparer les remparts. En 1346, Henri de Lancastre qui mène une chevauchée en Périgord, vient jusqu'au bas Limousin, prend Tulle et y installe quatre cents hommes: victoire éphémère puisque ceux-ci en sont chassés deux semaines plus tard. Mais le pays a subi " grand dommage ". En 1348, la peste noire ajoute aux malheurs de la guerre: mille personnes meurent à Tulle dont les habitants, pour que le péril s'écarte de la ville.

En 1352, Lancastre fait une nouvelle incursion en bas Limousin et ne peut prendre Uzerche. En 1355, le Prince Noir, lors de sa chevauchée en Languedoc pénètre dans la vicomté de Turenne.

Après le désastre de Poitiers (1356) au cours duquel le roi de France, Jean le Bon, est fait prisonnier, le Limousin est livré aux bandes de mercenaires qui pillent le pays: Geoffroy Tête Noire et Peyrot le Béarnais saccagent le pays.

En 1360, par le traité de Brétigny, le Limousin redevient anglais; le pays se soumet.

En fait, en une dizaine d'années, les Anglais rendirent odieuse leur occupation. Charles V, auquel la noblesse et les villes limousines se sont ralliées, entreprend la reconquête de la province. Le Prince Noir, en représailles, procède au sac de Limoges, qui a un grand retentissement dans toute la province.

Il faudra cinq ans (1370-1375) à Bertrand  Du Guesclin, connétable de France, pour libérer le Limousin.

En bas Limousin, Tulle et Brive, qui avaient traité avec l'Anglais, perdent (provisoirement) leurs privilèges. Le plus célèbre des chefs de « routiers », Geoffroy Tête Noire, s'était retranché dans le château de Ventadour, pris par trahison, et rançonna la montagne limousine jusqu'en 1387.

La guerre de Cent Ans fut marquée par une succession de périodes de calme et de guerre. Si la minorité de Charles VI est une période de paix, la folie du roi déclenche la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

Henri V d'Angleterre débarque en France en 1415. La guerre étrangère s'aggrave en bas Limousin de querelles locales : ainsi la région de Brive est-elle disputée entre 1403 et 1410 entre la " Commune" et le vicomte de Turenne qui a pris le parti des Anglais. Le brigandage reprend: l'un des chefs des " écorcheurs " Rodrigue de Villandrando, rançonne Ussel, Treignac, Meymac et Tulle.

Le règne de Charles VII et l'épopée de Jeanne d'Arc ramènent enfin la victoire dans le camp français et la paix en Limousin. Les Comborn, Ventadour et Pompadour servent le roi. Les villes apportent de fortes contributions : Charles VII vient à Tulle en 1442 et 1443 pour en remercier les habitants.

La paix s'étend à nouveau sur la province.

 

Liens 

 

La guerre de cents ans  les personnages et les batailles

 

La Corrèze