Les quatre Vicomtés du Limousin

 

carte des quatre Vicomtés

 

Le Limousin est partagé entre un certain nombre de vicomtés.

 

La vicomté de Limoges.

Elle s'étend depuis Limoges jusqu'aux régions de Saint-Yrieix, Lubersac, Ayen, deux dynasties s'y succèdent jusqu'en 1263 : les Ségur et les Comborn.

 

La vicomté de Turenne.

Région de Tulle et de Brive, jusqu'aux confins du Quercy. Son premier titulaire connu est le comte Rodolphe mort avant 844. Turenne passe ensuite, au 10e siècle, à Adhémar des Echelles, qui fut le bienfaiteur du couvent de Tulle, puis aux Comborn et, au 15e siècle, à la maison de la Tour d'Auvergne d'où sortira le grand Turenne.

Turenne garde le bas pays contre les ambitions des comtes de Toulouse.

 

La vicomté de Comborn.

Comprend la région de Vigeois et la région de la Vézère et de la Corrèze au sud des Monédières. Son premier titulaire, à la fin du 9e siècle, est Archambaud le Boucher (ou “Jambe pourrie”). Les Comborn, qui sont une des grandes dynasties féodales du bas Limousin, possédèrent à différentes époques les vicomtés de Limoges et de Turenne.

Comborn interdit l'accès du pays aux vicomtes de Limoges.

 

La vicomté de Ventadour.

Elle comprend la région d'Ussel, de Meymac et d'Egletons.

Elle s'est formé seulement en 1040, par un partage de la vicomté de Comborn, au profit d'Ebles, fils d'Archambaud II.

Ventadour est dressé contre l'Auvergne.

Des châteaux forts, magnifiques et imprenables, assurent la sécurité de ces états féodaux.

 

Leurs ruines se dressent encore à Ventadour, à Comborn, à Turenne, aux tours de Merle, et témoignent de la puissance de leurs possesseurs et de l'âpreté des guerres féodales, mais on peut aussi citer aussi les châteaux de Ségur, Pompadour, Gimel, Malemort.

Des contestations et des conflits s'élèvent constamment entre grands féodaux dont la guerre est l'occupation principale.

Dans cette " grande mêlée féodale ", les Comborn se distinguent par leurs ambitions et leur cruauté. L'histoire a retenu le nom d'Archambaud le vicomte de Comborn et de Turenne, le "Boucher" qui tranche ses ennemis " comme un vrai boucher qui coupe la viande sur un banc ". II fut appelé ensuite " Jambe pourrie" (Gamba puirida) après avoir eu la jambe prise et brisée dans une porte au cours du siège de Turenne. Il combat aux côtés du duc de Normandie contre l'empereur Othon. Ses descendants, véritables Atrides, se déchirent entre eux.

 

retour